En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Voyage à Rome

à peine revenu, déjà reparti ?

Par MICHEL DECHA, publié le jeudi 15 mars 2018 22:36 - Mis à jour le jeudi 15 mars 2018 22:40
seegulls_1.jpg
Où l'on découvre que l'enseignant quasi-octogénaire, sous couvert d'être un globe trotter sur le retour, cherche avant tout à transmettre à de jeunes pousses antiquisantes sa passion pour les vieilles pierres et que, comme par hasard, c'est au soleil

Voilà un mois déjà que le ciel romain, que les rivages italiens ne réveillent plus la jeune helléniste ou le vaillant latiniste voulant profiter des curiosités locales sans compter les kilo-calories des paniers-repas et les dîners classés à proscrire, même en rêve, par les Gardiens du Poids (Weight Watchers)

Eh bien, prenons date, leur lança, encore fougueux pour son âge avancé, leur prof. L'an prochain, la Sicile nous attend ! hurla-t-il.

Puis il se rendit compte d'abord que son administration n'était absolument pas au courant d'un tel projet et que, parcourant par hasard ce blog, ses membres pourraient en prendre ombrage, à défaut, pour cela, de profiter des pins parasols regrettés ; mais qu'ensuite, il faudrait bien annoncer aux parents, déjà aux prises avec le crédit engagé par le précédent voyage, la somme fabuleuse qu'allait encore leur coûter un tel séjour.

Machiavélique, il décida d'endormir son monde en vantant d'abord les paysages époustouflants de l'île, les vestiges vertigineux de ses contrées, l'apport intellectuel, émotionnel, presque physique que leurs enfants ne manqueraient pas de ressentir à leur retour !

N'étant pas le moins du monde soupçonnables de naïveté, les parents s'enquirent du prix.

L'autre, taquin, renchérit sur la joie de retrouver la frétillante Mme de Massot, seule véritable adulte responsable et organisée, le bonheur pour le jeune en mutation de partager avec ses congénères le vol Nantes-Palerme aller-retour en classe économique assuré par une compagnie aux petits soins pour les Business et les First, l'enthousiasme enfin d'un périple tous les jours nouveau menant d'un temple grec à un théâtre romain grâce à un autocar sur place du dernier chic, le long des golfes clairs, cela va sans dire.

On remarqua la diversion.

Il murmura un chiffre.

Les rares à l'avoir entendu, quoique très à l'aise question picaillons, eurent un cri. On en vit se pâmer. D'autres parlèrent de mégalomanie, de folie des grandeurs, de salaire enseignant qui monte à la tête.

Par peur d'une émeute, il préféra ne répéter le montant pharaonique qu'aux membres du conseil d'administration de la fin de l'année.