En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

PRESENTATION DU LYCEE

Présentation du lycée

Par admin guisthau, publié le jeudi 3 avril 2008 00:00 - Mis à jour le vendredi 3 mars 2017 17:21

Le lycée Gabriel Guist’hau , usuellement « Guist’hau », est un des tout premiers lycées de jeunes filles créé en France, en application de la loi Camille Sée.
 
En 2008, il accueille 1 178 élèves et étudiants. 947 élèves se répartissent entre trois niveaux de l’enseignement secondaire, préparant les baccalauréats ES, L et S. Le lycée ne dispense aucun enseignement technologique ; la majorité des élèves choisit la filière scientifique, mais la filière économique est importante, tout comme la série littéraire qui représente 30% des élèves de terminale. Le lycée offre la possibilité d’étudier le russe, l’italien, l’espagnol, l’anglais, l’allemand, les langues anciennes (latin, grec). Des sections européennes existent pour l’anglais, l’allemand, l’italien. Depuis 2006, une classe dite Abibac permet à des élèves germanistes de préparer les baccalauréats français et allemand (Abitur). Des échanges, des voyages linguistiques renforcent cette ouverture européenne, et aussi plus lointaine, puisqu’un échange est institué avec un établissement de Seattle.
 
Les élèves attirés par les arts ont le choix entre les arts plastiques, le cinéma, l’histoire des arts, enseignements présentés au baccalauréat. Ils contribuent au développement d’une forte culture générale, et favorisent des orientations professionnelles vers les métiers de l’art, de la culture, de la communication et de l’audiovisuel.
 
La diversité et la relative rareté des options proposées expliquent un recrutement géographique élargi, une ouverture du lycée à l’agglomération, au département et parfois même au-delà. Situé dans le centre ville, mais sur la bordure ouest, le lycée accueille des élèves d’un grand nombre de collèges, permettant ainsi l’esquisse d’une ouverture aux élèves qui ont fait leur scolarité, de la maternelle à la terminale, dans la même rue Du Boccage. Dans la plupart des cas, l’intégration des élèves extérieurs au quartier est une réussite, pour tout le monde.
 
Le lycée accueille 42 étudiants en « Cinésup », en France la seule classe préparatoire aux Grandes écoles de cinéma ; 47 étudiants en diplôme des métiers d’art se destinent, par une formation de deux ans, aux métiers du spectacle ; 142 étudiants d’hypokhâgne et de khâgne préparent les concours d’entrée aux Grandes écoles littéraires.
 
La diversité des formations nécessite de l’espace, alors que l’inscription du lycée dans le quartier empêche toute extension. Il a fallu réorganiser, densifier l’espace bâti : l’internat a été progressivement réduit, il n’offre que 21 places aux jeunes filles du secondaire. Le sport est pratiqué dans les installations municipales. En 2006, des travaux ont transformé la verrière qui servait de préau dans la cour d’honneur en un hall fermé, surmonté de quatre salles nouvelles.
 
Cette façade vitrée reflète une glycine ancienne, un campanile, achevé en 1934. Au CDI, les élèves voient les portraits de Gabriel Guist’hau et de la première directrice du lycée, autant de traces du passé dans un lycée créé, il y a 125 ans. Des traces d’une histoire douloureuse, aussi, comme la liste des victimes de la Seconde Guerre mondiale, sur le mur du hall d’entrée.

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe