En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Actualité

Deux étudiantes du lycée Guist’hau primées au concours de traduction

Par admin guisthau, publié le jeudi 11 mai 2017 11:04 - Mis à jour le mercredi 17 mai 2017 14:59
8.jpg

Pour la première fois cette année, la Maison des Ecrivains et des Traducteurs (MEET), sise à Saint Nazaire, organisait le Prix ligérien du jeune traducteur. Au programme : la traduction d’un extrait du prochain roman de Felipe Troya, écrivain équatorien récompensé par le Prix de la Jeune Littérature latino-américaine 2016 pour son premier roman Ardillas (Écureuils). Pour les élèves de première et de terminale, ce sont 5 pages de « Otto » qu’il fallait traduire. Pour les étudiants de classes préparatoires, 9 pages. Au lycée Guist’hau, 26 lycéens et 10 étudiants de CPGE s’inscrivent, chapeautés par leurs professeures Ana Millán, Estelle Vauléon et Julie Pélian. Au total, ce sont 8 lycées (Joubert d’Ancenis, Chevrollier d’Angers, Rabelais de Fontenay-le-Comte, Grand Air de La Baule, Aristide Briand de St Nazaire et Jacques Prévert de Savenay), 114 lycéens, 26 étudiants qui participent, seuls ou en binôme.

Inscrits depuis fin septembre, les participants ont eu la chance grâce à ce concours de rencontrer tout d’abord Paola Appelius, traductrice professionnelle, pour échanger sur son métier et ses techniques, mais aussi l’écrivain en personne, en résidence à la MEET l’hiver dernier. Chaleureux, passionné, Felipe Troya a répondu longuement aux questions de nos élèves, expliquant sa démarche, citant ses modèles, décrivant les impressions que lui laissait notre pays. Une rencontre qui a suscité beaucoup d’intérêt et relancé la dynamique du concours. Les travaux étaient à rendre pour la rentrée de janvier 2017.

Jeudi 6 avril, une cérémonie de remise des prix était organisée à l’Hôtel de Région, en présence de Barbara Nourry, de la Commission Culture du Conseil Régional, Corinna Gepner, présidente de l’Association des Traducteurs Littéraires de France, Françoise Garnier, universitaire et traductrice, Bernard Martin, responsable des éditions Joca Seria, Patrick Bonnet, présidente de la MEET, et Elisabeth Biscay, organisatrice du concours (MEET). Dans leurs discours d’accueil et de présentation, les différents intervenants ont souligné la difficulté de l’exercice proposé, prenant plaisir à citer Umberto Eco qui disait : « Traduire, c’est dire presque la même chose » ; ils ont salué la qualité des traductions qui leur ont été soumises. Le jury a été agréablement surpris par le bon niveau des candidats, et a valorisé les belles trouvailles de chacun, l’effort pour rendre la langue cible (le français donc ici) naturelle, et faire oublier justement qu’ils avaient sous les yeux une traduction et non pas un original. Un échange sur les difficultés rencontrées, les techniques de travail, les impressions de chacun a été ensuite proposé, suscitant les interventions timides mais enrichissantes de quelques élèves. Finalement, l’organisatrice a procédé à l’annonce des résultats tant attendus.

Dans la catégorie « classes préparatoires », et alors que 4 de nos participants étaient finalistes, ce sont finalement 2 étudiantes de la khâgne littéraire AL qui ont été récompensées : Nina Roussel reçoit le 1er prix, Chloé Leteurtre (malheureusement absente) le second.

Dans la catégorie « lycéens », 3 élèves du lycée Chevrollier d’Angers ont gagné le premier et le deuxième prix (le binôme Cloé Vergara-Violette Samson Correau, devant Louise Poulain).

Les lauréats ont tous remporté un an d’abonnement à la revue Transfuge, ainsi que deux DVD.

Saluons ici les autres finalistes du lycée Guist’hau qui n’ont pas démérité : Margot Jarry et Hélène Lebeau, Marianne Carrer et Anaïs Le Berre pour le secondaire, Jeanne Bollée et Guillaume Delafosse pour les CPGE.

Gageons que ces bons résultats encourageront de futurs élèves et étudiants du lycée à s’intéresser à ce difficile exercice de la traduction littéraire et à s’inscrire à la deuxième édition qui sera organisée pour l’année scolaire 2017-2018. 
 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe